Get Adobe Flash player

Famine dans le sud de Madagascar : La diaspora s’organise

     

 

 

Les malgaches issus des différentes régions de la Grande Ile et leurs associations se sont réunis pour la première fois à Paris l’année dernière au Centre international de culture populaire (CICP). La diaspora malgache ne veut pas baisser les bras face à l’ampleur de la famine qui sévit dans le sud de l’île et s’est réunie en Collectif Famine Madagascar (CFM). Compte tenu de l’extrême urgence de la situation, le Collectif Famine Madagascar, après étude approfondie du Pronostic définitif 2010 établie par le SAP (Système d’Alerte Précoce), a décidé de cibler une action internationale (en partenariat avec les structures locales de terrain) sur les communes en difficulté alimentaire aigüe (DAA) du secteur Betioky-Ampanihy pour soutenir alimentairement et médicalement les groupes en détresse c’est-à-dire les enfants et les adultes dans la nécessité, exclus des critères d’éligibilité aux aides du PAM (Programme Alimentaire Mondiale).

 

En vue de venir e1947490_722881757756378_642081337_nn aide aux malgaches victimes de la famine, le CFM prévoie d’organiser une opération de levée de fonds de solidarité et un Appel à dons, des soirées d’information à but non lucratif (projection de films,  etc.), des soirées dansantes et concerts  (En construction actuellement.), l’ouverture d’un compte dédié postal et/ou paypal et le développement d’un site Internet dédié (information, animation, mobilisation, transparence et suivi des dons…).

 

Sont dès à présents adhérents au Collectif plusieurs individus, venus en leur nom propre, et des associations dont l’AFDS (Association France – Diégo-Suarez), MASOVA (Madagascar Solidarité Volontariat Actions), MITSINJO (Solidarité pour Madagascar) et SoaMad (Solidaires avec Madagascar – initiatrice de l’appel et impliquée depuis un certain temps déjà dans un programme de construction de puits dans plusieurs villages de la commune de Beloha-Androy dans le Sud) et RFD (Réseau Fivoarana Développement) de Bearisoa Rakotoniaina. D’autres associations sont en consultation interne pour décider leur adhésion.

 

Famine dans le sud de Madagascar : La diaspora s’organise

     

 

 

Les malgaches issus des différentes régions de la Grande Ile et leurs associations se sont réunis pour la première fois à Paris l’année dernière au Centre international de culture populaire (CICP). La diaspora malgache ne veut pas baisser les bras face à l’ampleur de la famine qui sévit dans le sud de l’île et s’est réunie en Collectif Famine Madagascar (CFM). Compte tenu de l’extrême urgence de la situation, le Collectif Famine Madagascar, après étude approfondie du Pronostic définitif 2010 établie par le SAP (Système d’Alerte Précoce), a décidé de cibler une action internationale (en partenariat avec les structures locales de terrain) sur les communes en difficulté alimentaire aigüe (DAA) du secteur Betioky-Ampanihy pour soutenir alimentairement et médicalement les groupes en détresse c’est-à-dire les enfants et les adultes dans la nécessité, exclus des critères d’éligibilité aux aides du PAM (Programme Alimentaire Mondiale).

 

En vue de venir en aide aux malgaches victimes de la famine, le CFM prévoie d’organiser une opération de levée de fonds de solidarité et un Appel à dons, des soirées d’information à but non lucratif (projection de films,  etc.), des soirées dansantes et concerts  (En construction actuellement.), l’ouverture d’un compte dédié postal et/ou paypal et le développement d’un site Internet dédié (information, animation, mobilisation, transparence et suivi des dons…).

 

Sont dès à présents adhérents au Collectif plusieurs individus, venus en leur nom propre, et des associations dont l’AFDS (Association France – Diégo-Suarez), MASOVA (Madagascar Solidarité Volontariat Actions), MITSINJO (Solidarité pour Madagascar) et SoaMad (Solidaires avec Madagascar – initiatrice de l’appel et impliquée depuis un certain temps déjà dans un programme de construction de puits dans plusieurs villages de la commune de Beloha-Androy dans le Sud) et RFD (Réseau Fivoarana Développement) de Bearisoa Rakotoniaina. D’autres associations sont en consultation interne pour décider leur adhésion.